{Partie II} Extrême nord du Vietnam : boucle de Hà Giang

Voici la suite de notre récit sur la boucle de Hà Giang. Si vous avez manquez le début, voici une séance de rattrapage par ici : lire la partie I .

JOUR 2 : DỒNG VAN – MAISON VƯƠNG – LUNG CU – DỒNG VAN – MEO VẠC

DỒNG VAN – MAISON VƯƠNG

Ce matin, nous retournons en arrière pour visiter la maison de la famille Vương sur la commune de Sà Phìn et projetons de faire un triangle en passant par Lũng Cú, le village le plus au nord du Vietnam et de redescendre ensuite sur Đồng Văn. Si nous avons le temps, nous continuerons sur Mèo Vạc pour y passer la nuit. Le couple de Français que nous avons rencontré à Hà Giang y sera aussi et nous avons prévu de dîner ensemble.

Montagnes avant Dong Van

Vieille femme Hmong portant du bois

Panneau de propagande communiste

La maison de la famille Vương est établie dans une vallée entourée de ces montagnes coniques. On la devine à peine depuis la route car elle est emmitouflée dans une petite forêt. En arrivant au village dans lequel elle se trouve, nous sommes les seuls occidentaux et les gens nous montrent le chemin sans que nous ayons demandé quoi que ce soit.

Maison Voung

La maison Vương est situé au milieu d’une petite forêt.

La demeure a été construite au début du siècle dernier à la demande de Vương Chính Đức, proclamé chef par la communauté Hmong à l’âge de 30 ans. Devenu riche et puissant grâce à la culture et à la vente d’opium, il régnait sur la région de Đồng Văn.
La demeure est une combinaison d’architectures traditionnelles de styles hmong et chinois qui utilisent des matériaux locaux et d’autres venus du Yunnan (Chine), tels que le calcaire, le bois de fer (très résistant) et les tuiles en tube.

Toit Maison Voung

Maison Voung

Pilier maison Voung

En sortant, après une brève séance de shopping couleur locale, Yen nous attire sur son stand où ses galettes grises attisent notre curiosité. « Tam giác mạch », nous dit-elle. C’est le nom des grains à base desquels elles sont fabriquées et qui proviennent de plantes aux fleurs rose pâle. Leur forme « à facettes » fait penser au sarrasin. Yen nous coupe une galette aux ciseaux et nous nous asseyons un moment sur les mini-tabourets de plastique bleu disposés juste devant. La galette a la texture moelleuse et finement aérée du pain et un goût légèrement sucré.

Tenue Hmong

Erik porte une tenue Hmong.

Galettes et saucisses de buffle

Yen est en train de couper une galette faite de « Tam giác mạch », une céréale locale.

Céréales galettes hmongs

Des grains appelés « Tam giác mạch ».

Yen cuit des saucisses de buffles

Yen ravive quelques braises pour faire cuire une saucisse de buffle.

Il fait bon, la lumière est douce et Yen est de bonne compagnie. Nous discutons, mêlant gestes, mots anglais et vietnamiens. Erik se fait rôtir deux saucisses de buffle sur quelques braises que Yen ravive à peine à l’aide d’un étrange soufflet à manivelle. Puis, il est temps de repartir vers Lũng Cú, le point le plus au nord du Vietnam. Avec un peu de chance, nous apercevrons les contrées chinoises, comme un avant goût de la suite de notre périple.

MAISON VƯƠNG – LUNG CU

Là encore, les paysages sont absolument époustouflants, grandioses, tout en nuances de vert. Pas le moindre centimètre de terre n’est oublié. Partout des cultures ; peu importe le degré de pente, quelque chose y pousse. Ces hommes sont incroyables, ils font un travail de fourmis sur ces terres d’altitude. Ils se sont adaptés à leur environnement et y sont parfaitement à l’aise. Alors que nous suivons des routes toujours plus sinueuses, nous n’apercevons presque personne. Seuls quelques locaux nous doublent à vive allure ou quelques femmes et enfants, sortis d’un des champs alentours, ramènent sur leur dos de grosses qualités de végétaux ou de bois. De loin, on dirait des buissons ambulants. Parfois aussi un troupeau de chèvres ou de buffles les accompagne.

Plantations

Village et villageois

Paysage et plantations

Buissons sur pattes

Cultures partout

Enfants et troupeau de chèvres

Nous arrivons enfin à Lũng Cú et apercevons le monument qui marque le point septentrional. Quelques gouttes de sueur froide perlent sur notre front quand soudain, nous apercevons sur notre montre… 16 h ! Argl… Nous avons perdu complètement la notion du temps. Il nous reste la même distance jusqu’à Đồng Văn et encore 20 km, soit une bonne heure après jusqu’à Mèo Vạc. Pas le temps de monter au point de vue, nous faisons demi-tour. Nous verrons la Chine plus tard.

Lung Cu, point septentrional du Vietnam

LUNG CU – DỒNG VAN – MEO VẠC

Arrivés à Đồng Văn, nous attaquons finalement la route qui mène à Mèo Vạc. Elle est réputée pour être la plus belle partie de ce circuit. C’est le meilleur moment de la journée : youhou ! Ça nous fait tout à coup l’effet d’un de ces bonbons que l’on nous donnait à la maternelle et que l’on dégustait lentement, les yeux grand-ouverts et le sourire gravé sur nos faces de blancs becs. Tout ce que nous avions vu jusque-là n’est rien à côté de cette route. La lumière du soir rend le spectacle encore plus délectable. Le vert nous pète à la figure et nous sommes complètement envoutés.

Vue sur les montagnes pointues

Entre Đồng Văn et le Mai Pi Leng Pass.

D’abord ces montagnes en forme de cônes d’encens autour desquels s’enlace la route que nous empruntons, recouverts de maïs et parfois coiffés d’un arbre. Puis, Mai Pi Leng Pass, la route la plus dangereuse de la région, dévoile de longues pentes verdoyantes. En fond de vallée, une rivière s’engouffre dans un immense canyon. Nous nous arrêtons à chaque virage, poussant des « wouah ! » et des soupirs d’émerveillement. C’est sublime, majestueux, nous sommes aux anges !

Debut du canyon

Vue du canyon depuis le haut

Canyon

Le canyon depuis le Mai Pi Leng Pass

Un cochon sur un scooter

Ce soir, nous dînerons finalement avec les copains dans un petit restaurant très sympa. Demain, nous avons prévu de refaire la route de très bonne heure pour profiter de la lumière matinale et explorer les alentours.

 

JOUR 3 : MEO VẠC – DỒNG VAN – XIN CAI – MEO VẠC

MEO VẠC – DỒNG VAN

La boucle de Hà Giang peut se faire en trois jours mais comme nous avions finalement fait une croix sur le lac Ba Be plus à l’est par manque de temps et de facilités de transport, nous prolongeons d’une journée le plaisir dans cet endroit magique. Nous nous sommes donc levés tôt pour faire la route dans l’autre sens et voir ce que les reliefs allaient nous réserver au petit matin.

Lumière du matin

Un point de vue offre un panorama sur la vallée et le canyon. Nous nous y arrêtons admirer la vue et prendre un « snow tea » au soleil pour nous réveiller.

Vue sur la vallée

Snow tea au soleil

Alors que nous allions repartir, un Vietnamien entame la conversation d’une voix forte et d’un air enjoué.

Il vient souvent dans la région, il est « tombé amoureux du lieu ». Assis à une table avec un ami et son chauffeur, il nous y convie. Il est dans le commerce de pierres et de l’acier, et heureux en affaires. Peut-être est-ce pour cela qu’il vient souvent dans la région. Il s’empresse de nous remplir un petit sac de prunes qu’il vient d’acheter et nous colle dans la main un verre… d’alcool de riz. Ah ! Voilà le côté enjoué… Mais comment dire qu’il est trop tôt ? Ça ne se dit pas face à tant de générosité. Allez, on ferme les yeux et hop ! On se renverse d’un trait le contenu du verre au fond du gosier. Argl… C’est fort cette… boisson. Je laisse Erik lui donner la réplique – entre hommes, hein… – enfin pas trop quand même, pas sûr que le scooter connaisse bien la route. Pour ma part, je me contente de manger des prunes. S’il faut choisir, je préfère être malade que soûle à une heure si matinale.

Toujours est-il que notre nouvel ami se réjouit de notre présence et nous de la sienne. C’est drôle : il affiche sa réussite en nous énumérant ce qu’il a sur lui et le prix que ça lui a coûté. Plus c’est cher, plus les silences entre chaque phrase s’allongent. Son sourire de gros fumeur, son portable en or massif, sa langue bien pendue couplés avec sa grande générosité font de lui un personnage attachant.

Avec notre ami Vietnamien

En repartant, la lumière est tellement belle sur cette portion de route avec ses montagnes en forme de plots. Toujours personne si ce n’est des Hmongs de temps en temps qui marchent, chargés ou non, les femmes parées de couleurs vives avec souvent une serpette à la main. On peut lire la rudesse de leur vie sur leur visage. Elles sourient peu. Un monde nous sépare. On se demande souvent comment ils nous perçoivent.

Vue plongeante

Montagne dôme

Personnes Hmongs

Arrivés à Đồng Văn, c’est l’heure d’un café-yaourt – notre boisson chouchoute depuis Hanoï. Puis nous enchaînons dans le restaurant d’en face avec un phở au canard que nous avons vu se faire déplumer une heure avant depuis la terrasse du café… Pour le coup, c’était de première fraîcheur.

Dong Van

phở de canard

Phở de canard

 

[Flashback]

Le marchand de canards gare son scooter devant le restaurant. À l’arrière, un grillage enroulé faisant office de cage renferme une petite dizaine de canards entassés les uns sur les autres et gesticulant dans l’espoir de trouver un peu de place. La cuisinière s’approche, choisit son canard, le négocie. À peine le temps de tourner la tête qu’on aperçoit le malheureux se faire déplumer sous l’eau claire.

Vendeur de canard

 

DỒNG VAN – XIN CAI – MEO VẠC

Le ventre plein et la chaleur un peu passée, nous repartons en direction de Mèo Vạc. La lumière est divine (quoi, on se répète ?). On ne se lasse pas de revoir ces paysages. On pense à ces gens qui habitent là. Sont-ils blasés de voir ces merveilles chaque jour ? On pourrait se poser la même question pour nos Alpes : sommes-nous lassés de les voir ? Je ne pense pas. Alors eux, certainement pas non plus. D’ailleurs, on en voit souvent au bord des routes, assis sur les barrières ou blocs de béton qui protègent du vide. Ils attendent, contemplent, se reposent. Ils vivent et incarnent leur environnement. Sans oublier cette femme Hmong aperçue de l’autre côté de la barrière de sécurité, à quelques centimètres du vide, coupant des herbes avec sa serpette. Ça fout le vertige !

Paysage verdoyant

Mai Pi Leng Pass

Une fille transportant du bois

En fin de journée, nous décidons de descendre dans la vallée en direction de Xín Cái pour se rapprocher de la rivière et tenter sans grand espoir d’approcher le canyon. Une fois en bas, la route ne nous mènera pas bien loin car une entreprise exploite la rivière et bloque un accès. L’autre route n’est pas praticable.

Montagnes vertes

Vue depuis la rivière

Cependant, pas de regret, sur la route pour descendre, nous sommes enveloppés par la verdure. De temps en temps, on voit des enfants débouler d’un champ sur le bas côté de la route, le sourire éclatant. Cheveux en bataille, joues sales et morve au nez, ils sont trop mignons quand ils nous gratifient d’un bye-bye en guise de bonjour. Ils jouent, entre eux ; ils sont tellement autonomes. Certains descendent la route sur de petits engins à roulettes taillés dans le bois, et d’autres un peu plus grands aident à la construction d’une route.

Personnes Hmongs

JOUR 4 : MEO VẠC – HA GIANG

Aujourd’hui, la route sera longue. Un autre 150 km pour rejoindre Yên Minh, puis Hà Giang. Faut pas traîner. Plus nous avançons, plus les reliefs s’adoucissent.

Maison traditionnelle

Maison traditionnelle

À Yên Minh, nous prenons des habitudes : nous retournons manger un bún (soupe de nouilles) dans le petit restaurant découvert à l’aller et retrouvons le patron, un homme de 50 ans, et sa fille (ou petite-fille ?) de 10 ans avec qui nous avions échangé. Son bún est toujours aussi bon. Il nous requinque pour le reste du parcours. Nous arrivons en fin d’après-midi, pas mécontents de poser le scooter et trouvons un hôtel. Demain matin, nous partons à 6 h pour Lào Cai, ville frontière avec la Chine, la province du Yunnan où nous irons pour au moins un mois.

Alors, ça vous a donné envie d’y aller ? ;-)


Rendons à Caesar… Pour tout vous dire, on doit remercier Philippe. Car tout a commencé lorsque nous avons vu cet endroit sur un excellent article qu’il nous avait gentiment glissé dans un mail. Les photos étaient épatantes, les récits prometteurs. On s’imaginait déjà au milieu de cette sublime nature. C’était décidé, on allait y aller.
Merci Philippe !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Share on FacebookPin on PinterestTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Email this to someone

14 commentaires

  1. Je suis époustouflée ! Par les photos d’abord, elles rendent terriblement bien la beauté de l’instant (et sans doute qu’1/1000ème de la réalité sur place), elles ont toujours l’air prises pile au bon moment, au moment de la préparation de l’enterrement (cf. billet précédent), au moment du découpage de la galette moelleuse, au moment où la vieille femme marche sur la route sans qu’on ose pour autant la gêner en prenant le cliché. Et puis ces paysages…. wouah. Je ne sais pas si les Vietnamiens restent ébahis par ces reliefs qui les entourent mais j’aurais envie de jurer que je respecterai la chaîne de Belledonne tous les jours s’ils respectent et admirent leurs monts environnants. Epoustouflée aussi par vos textes, ou la plume de Véro, car ils rendent aussi parfaitement le récit vivant, et on se laisse facilement captiver comme si on y était.
    Ça me fait penser, souvent je vous lis en me faisant cette réflexion « mais comment obtenez-vous finalement autant d’infos vu la difficulté de la langue ? ». C’est rempli de détails riches, forcément on vous les apprend sur place !?
    Et sinon la saucisse de buffle, c’est goûteux ?

    Bravo pour tout, vous êtes passionnants ! Continuez de nous transmettre tout ça même si ça vous prend cruellement du temps !
    Une bise chaude et chaleureuse.

    • Véronique

      Chère Anne !
      Un grand merci pour tous ces impressions et compliments ! Ça nous fait chaud au cœur.
      Si on te disait combien on a pris de photos, sachant qu’à tous les virages on s’arrêtait tellement c’était beau… Disons plutôt qu’on a choisi les photos des bons virages ! :-)
      Mission accomplie si nous avons réussi à retransmettre ne serait-ce qu’un dixième de ce que nous avons vécu et ressenti.
      Concernant les infos, on ne compte plus les heures à faire des gestes, parfois exagérément ridicules, pour savoir si la saucisse mangée en cinq minutes est faite avec du buffles, du porc ou du canard, ou comment la galette a été réellement faite (j’ai même la recette… écrite en vietnamien). On va dire que ce sont les coulisses… Parfois aussi, notre interlocuteur parlait trois mots d’anglais et là il y a trois semaines de questions non posées qui sortent en rafales. :-D
      Et oui, la saucisse de buffle était bonne avec son petit goût fumé. Mais je crois que quoi qu’il arrive, elle aurait été bonne, agrémentée du rayon de soleil, de l’air juste bon et du paysage grandiose.
      Bise fraîche et rafraîchissante !

  2. Didier B.

    Coucou les tourtereaux,
    Super post et très belles photos :-)
    Je suis impressionnée par votre maîtrise des accents vietnamiens dans la retranscription des noms propres, chapeau !!

    Des bises de Dalat (et bientôt Danang… On est quasi sur vos pas sans pour autant vous rejoindre !)

  3. Didier B.

    Rikou est très classe en costume Hmong, mais où est la photo de Véro en tenue traditionnelle montagnarde ??

    • Véronique

      T’as vu ? Pour ma part, je n’ai acheté qu’un foulard pour la tête et ça faisait un peu léger pour la photo…

  4. Nous avons fait la même boucle au mois de juillet… quels souvenirs, en effet les paysages sont époustouflants… vos photos sont magnifiques… nostalgie…

    • The Beauty is in the Walking

      Merci de votre commentaire ! Ça reste aussi pour nous un de nos plus beaux souvenirs… Au plaisir !

  5. ça doit être génial de faire cette boucle en scooter… la liberté totale !
    en tout cas je reconnais bien les superbes paysages de cette région.

    • Véronique

      Bonjour Pascal !
      Oui, on recommande vivement le scooter, rien pour sentir la chaleur et les odeurs, et entendre les bruits. Intéressant aussi pour s’arrêter rapidement quand on croise quelqu’un. Et puis il n’y a rien de tel que le vent dans le visage pour sentir ce brin de liberté !
      A bientôt !

  6. Pingback : {Partie I} Extrême nord du Vietnam : boucle de Hà Giang | The Beauty is in the Walking

  7. Superbe récit, superbes photos, et superbe boucle ! Nous venons de terminer la boucle par un Meo Vac – Du Gia, tout petit village authentique qui mérite son arrêt. Les alentours et la route qui y mène sont grandioses, et effectivement, difficile de s’en lasser, difficile de partir …

    • Merci pour vos compliments ! Oui, hein, difficile d’y partir de cet endroit magique… Merci pour Du Gia, ça en inspirera peut-être certains ! ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *