Laos : les Bolovens sur un plateau !

Cascade Tad Champee, plateau des Bolovens

Après Thakhek et sa boucle pittoresque, nous sommes un peu entamés. La nouveauté du voyage en deux-roues, 425 km en trois jours sur une route franchement déglinguée avec un kilométrage journalier exigeant ont laissé quelques séquelles – quatre jours aurait rendu l’aventure plus confortable. Mais c’est à croire qu’on n’en a pas eu assez puisqu’on a décidé d’enchaîner avec la boucle des Bolovens.

Nous nous arrêtons donc à Paksé, au sud du Laos, point de départ vers le plateau des Bolovens. Celui-ci est réputé pour sa culture du café, ses nombreuses chutes d’eau et l’accueil de ses habitants. On le visite sous forme d’une boucle, petite ou grande, selon le temps dont on dispose. Le plus pratique reste de louer un scooter et de s’arrêter pour passer la nuit dans des guesthouses.

Nous prenons en compte les pépites du mythique Mr Yves de Miss Noy qui, en plus de louer de bonnes bécanes, se révèle une mine d’informations sur la région tous les soirs à 18 heures pétantes. Aucun souci pour le trouver, tout le monde le connait ! Le lendemain à l’aube, nous prenons la route.

Katu Coffee and Homestay

Nous voici partis vers le nord-est sur notre nouveau destrier : un scooter Honda 100 cm3 semi-automatique. La route est en bien meilleur état que celle des jours précédents autour de Thakhek. L’atmosphère est plus fraîche en prenant un peu d’altitude, ce qui n’est pas désagréable en cette saison.

Chez Mr Vieng, producteur de café

Une culture biologique

Premier arrêt chez Mr Vieng, au Katu Coffe and Homestay, situé au nord-ouest de la boucle. Ce producteur de café de l’ethnie Katu propose des visites de son exploitation. Il travaille l’Arabica, le Robusta et le Liberica en culture biologique. Des cafés de finesses différentes dont les arbres se différencient par leur taille et celle de leurs feuilles. Pour maintenir un équilibre entre les plantations, Mr Vieng a planté d’autres essences, notamment le kapokier (arbre à coton servant à bourrer les matelas) et le jacquier (arbre à jacquier – jack fruit). Chacun son rôle : certains favorisent une meilleure pousse, d’autres apportent ombre et fraîcheur par leur taille.

Nos amis les insectes

Les insectes sont présents en nombre, on ne les chasse pas trop. Par exemple, les termites s’attaquent tous les ans à un ou deux arbres qui seront remplacés, mais pendant ce temps-là elles ne s’attaquent pas aux autres. Ainsi, tout cet écosystème biodynamique fonctionne très bien sans besoin d’y adjoindre de traitement chimique. Pas non plus besoin d’arroser, la pluie s’en charge et la terre est fertile. On a presque oublié comme la nature est bien faite.

Mr Vieng dans sa plantation de café

Mr Vieng nous fait une visite guidée de sa plantation de café biologique.